Accueil L'Auteur Ethique Technique Photos Journal Liens Contact

Actualité     



Retrouvez ici les nouvelles du site, notamment mes aventures photographiques. Le but est de parler davantage du contexte qui accompagne les images, et de montrer que la photographie d'oiseaux est loin d'être facile. Sujets absents, affûts et photos ratées, occasions manquées constituent l'essentiel des sorties !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 octobre 2018

Au bord de l'eau

Il y a quelques jours, j’ai tenté un affût au bord de l’eau vers le Rhône, histoire d’enlever les toiles d’araignées du 7D qui n’a pas pris de photos depuis un moment. J’arrive tôt le matin, ça commence bien, il y a un brouillard bien épais, on ne voit pas grand-chose. Je m’installe à un endroit stratégique, espérant avoir la visite de quelques hérons dans la matinée. Vu le brouillard, ça sent les photos à la Vincent Munier mais en version « moins bien », comme d’habitude. D’ailleurs, ce jour-ci, Munier expose à 20 km de là. Il va peut-être me transmettre un peu de son talent de photographe… où pas…

Toujours est-il qu’un héron cendré pointe le bout de son bec après un peu d’attente. Même si on n’y voit pas grand-chose, je reste immobile quelques minutes, comme le héron qui est en face de moi, car je sais que lui est en train de scruter son environnement pour être sur qu’il n’y a pas de danger aux alentours. Lorsqu’il commence à prospecter le fond de l’eau, je commence lentement à le cadrer et à tenter quelques photos.

_D2_3128.jpg
_D2_3135camraw.jpg

Pas mal quand même, non ?
Pendant ce temps, un martin pêcheur me nargue en passant, repassant et repassant encore devant moi. Une fois il se perche à gauche, une autre fois à droite, toujours très loin. Plusieurs fois, il vient droit sur moi, puis dévie sa trajectoire au dernier moment. A mon avis, il a l’habitude de venir se percher sur les branches d’aulnes pendantes qui sont juste devant moi, mais à cause de ma présence il n’ose pas venir. Pas de regrets, de toute façon, il serait trop près pour des photos…

_D2_3030camraw.jpg
_D2_3136camraw.jpg
_D2_3141camraw.jpg
En plein, vol, magnifique ! Commet ça y a pas de martin pêcheur sur la photo ??? Si si, la petite tache bleue floue au milieu…
Mieux cette fois ! Avec un bel œil vif ! Enfin on imagine, vu que la grande loi du truc devant l’œil a encore frappé :

_D2_3146camraw.jpg
Le brouillard finit par s’éloigner. Le Martin pêcheur aussi …

_D2_3152camraw.jpg
_D2_3156camraw.jpg
On pourrait être tenté de lui aménager un joli perchoir juste au bon endroit et à la bonne distance, qu’il fréquenterait certainement, mais bon, comme je suis un puriste du naturel, je me refuse à cette pratique, donc pas de belles photos de Martin pêcheur en perspective…

Pendant la matinée, à un moment, j’entends des craquements de branches à ma gauche. Je me dis que c’est soit une grosse bête. Normalement, ça ne peut pas être un gros chasseur qui aurait mangé trop de sanglier, car je suis dans une réserve. Les bruits se rapprochent, et finalement, 5 biches et un cerf débarquent au bord de l’eau, certainement pour boire un coup. Le chasseur, lui, il ne serait pas allé au bord de l’eau pour boire…
Alors vous allez me dire, où sont les photos ??? C’est vrai qu’ils étaient à 10 mètres de moi, mais totalement à ma gauche, et derrière des branches bien fournies. Donc plutôt que de me tourner pour essayer de mal les photographier et d’être sur de me faire repérer, j’ai préféré ne pas bouger d’une oreille et profiter du spectacle. Sauf que les biches ont quand même du me sentir car elles sont reparties de suite. J’en ai même entendu une qui disait à sa copine « t’as vu, je t’avais dit que c’était pas J-R, allez on se casse ! ». Le Cerf, lui, est venu vite fait frotter ses bois contre le tronc et est repartit derrière les biches.

Un peu plus tard, un râle d’eau décolle à mes pieds, à moins d’un mètre ! Incroyable, je suis là depuis 2 heures, il a du venir tout près de moi par derrière les herbes sans que je puisse le voir, puis a fini par voir le danger. Il se pose dans les roseaux à ma gauche, puis ressort tout de suite, poursuivi par un autre râle qui se met à … râler parce qu’il était pénard jusque là. Un peu plus tard, cet autre râle ré-apparait au bord des roseaux. Et clac, une jolie photo !

dotclear.jpg
Comme vous pouvez le voir, le râle d’eau est un oiseau qui a un bec orange/rouge magnifique… Bon, je le garde dans le viseur, en attendant qu’il se montre un peu mieux, et bien entendu, c’est là que les coups de fusils commencent. Je suis peut-être dans un site protégé, mais les ingénieurs de chez Orange aiment bien venir exercer leur mission de protection de la nature juste en périphérie de la réserve. Juste après, 2 chiens de chasse débarquent au cœur de la réserve pour pister je ne sais quel pauvre animal qui pensait qu’il serait pénard ici, et entre le bruit des clochettes et les aboiements à répétition, je ne vous cache pas que les oiseaux ont tous disparu. Si le but de la chasse est de réguler les photos animalières, c’est réussi ! Du coup je suis repartit, on ne fera pas mieux aujourd’hui…

mercredi 26 septembre 2018

Le Cerf et les 3 sardines

Si vous avez 4 minutes, vous pouvez aller voir une petite vidéo faite par mes soins à partir d'images du célèbre J-R sur ma page facebook, accessible à tout le monde même sans compte

C'est une petite histoire qui parle de mes amis les ingénieurs de chez Orange. N'oubliez pas de mettre le son !

mardi 4 septembre 2018

Noir c'est noir, enfin presque

Cet été, j’ai tenté comme chaque année de faire quelques photos de mammifères. Mais pour la première fois, tous les affûts ont foiré. Animaux invisibles, où alors qui se donnent en spectacle au mauvais endroit à chaque fois, une cata. Même J-R, le pro de la photo de mammifères, a galéré cet été pour faire des images, ce qui est plutôt rassurant. Mais bon, lui, il a quand même réussi à ne pas finir bredouille contrairement à moi.

Du coup, pour patienter, voici une photo de la Galaxie du Tourbillon, M51. Déjà photographiée l’an dernier, j’ai retenté le coup ce printemps avec cette fois beaucoup plus d’images empilées, mais dans un ciel un peu moins noir que celui de la Drome provençale de l’an dernier. En 3 nuits, j’ai cumulé environ 102 images d’une pose unitaire de 2 minutes (sans compter les dizaines que j’ai supprimé à cause d’erreurs de suivi du ciel de ma part). Cela correspond quand même à 3h24 de pose cumulée durant lesquelles je n’ai pas sorti l’œil de l’oculaire réticulé, prêt à compenser manuellement les petites erreurs de suivi du ciel de ma monture. L’ensemble est pris avec le 50D fixé derrière mon Celestron C8, focale de 2000 mm à F/6,3.

fichier_empile_80_3_nuits_definitif.jpg

Cette fois, c’est moi-même qui ai bidouillé ma photo avec photoshop. Le plus difficile, depuis que j’ai défiltré le 50D, est de se débarrasser d’une dominante rouge omniprésente apparemment due à la pollution lumineuse, qui de plus présente un gradient sur l’image car bien entendu, la pollution lumineuse n’est pas uniforme dans le ciel. Au final, j’ai réussi à contenir le phénomène. La couleur de la galaxie est telle qu’elle apparait une fois que le fond de ciel est à peu près équilibré, moi j’aime bien !

dimanche 22 juillet 2018

Opération défiltrage

Fin février (oui je sais ça commence à dater...), j’ai décidé, pour passer le temps, de me lancer dans le défiltrage de mon vieux canon 50D pour le convertir du mieux possible à l’astrophotographie. Alors c’est quoi le défiltrage ???

Dans le ciel profond, il y a beaucoup de nébuleuses rouges qui émettent une lumière ayant une longueur d’onde assez spécifique que l’on appelle H-Alpha, issue de l’ionisation de l’hydrogène. Cette lumière est malheureusement arrêtée en grande partie par un filtre présent devant les capteurs des appareils photo et qui sert justement à éviter que les photos terrestres soient trop rouges. En astrophotographie, c’est bien dommage de se priver de toute cette lumière rouge qui est émise en grande quantité par les nébuleuses. Alors pour résoudre le problème, on peut mettre son reflex en pièces, sortir le capteur, faire sauter ce fichu filtre, et remonter le tout. Normalement, il faut faire faire cette opération par un pro, mais ça coute dans les 300 euro. Sinon, on peut risquer de le faire soi-même, et il parait qu’on a environ 1 chance sur 2 de bousiller son reflex…

Mais voilà, je n'ai pas résisté à la tentation. Le 50D n’étant jamais utilisé en astrophoto car un peu trop haut de gamme, j’ai galéré pour trouver comment faire. Mais j’ai fini par trouver un tuto assez détaillé en anglais. Alors un jour je me suis lancé.

IMG_6294.jpg
Un dernier regard sur mon 50D encore en un seul morceau et c’est parti :

IMG_6295.jpg
Le premier capot est assez facile à enlever. Il y a les 2 premières nappes à déconnecter, celles de l’écran et des boutons. Elles ont été très faciles à déconnecter. Il a juste fallu que le capot m’échappe des mains, et en tombant ça s’est débranché tout seul. J’avoue que c’était pas prévu comme ça mais j’ai pas fait exprès…

Ensuite, il y a un bon gros circuit imprimé à virer, avec 10 nappes à débrancher, et plusieurs systèmes de connexions à étudier 1 par 1 pour essayer de ne rien abimer. Si on en casse 1, c’est fini, poubelle direct ! Il y a aussi un coup de fer à souder à mettre pour enlever un bout de blindage. Bon, ça se passe bien, je peux dégager ce circuit :

IMG_6296.jpg
IMG_6307.jpg
On arrive enfin au capteur, le gros carré noir avec les monster connexions en haut et en bas. Il y a 3 vis à enlever pour le sortir complètement. Et c’est là qu’il manquait un petit détail dans le tuto : Les 3 vis ne sont pas serrées à fond, et servent en fait à régler l’orientation du capteur, pour qu’il se retrouve pile poil aligné dans le plan de netteté de l’image. Du coup, il faut repérer la position exacte des 3 vis en vue du remontage. Moi, je vire tout sans me soucier de ça, et ce n’est qu’en enlevant la 3ème vis que je vois le système de ressort dessous qui me fait percuter que ces vis servent de réglage. Bon, tant pis.

Une fois le capteur en main, je déclipse le plus vite possible le premier filtre, celui qui fait écran aux poussières et qui vibre pour éliminer ces dernières quand on allume ou éteint le reflex. Je l’enferme dans une petite boite au bout d’une pince pour le laisser à l’abri de la poussière, car il faudra le remonter après. Je n’ai pas pris le temps de faire une photo. Une fois ce premier filtre enlevé, j’arrive enfin à ce 2ème filtre, bleu, qu’il va falloir retirer :

IMG_6309.jpg
Il est collé tout autour avec une sorte de mastic noir tout pâteux et collant. J’essaie de couper tout autour avec un cutter, sans ripper pour ne rien abimer. Au début, rien à faire, ça ne bouge pas. Je commence à paniquer, je force de plus en plus, et puis miracle, ça y est ça vient !

IMG_6312.jpg
Je retire vite fait ce filtre, puis je remonte de suite le premier filtre pour éviter que trop de poussières ne passent entre le capteur et le filtre, puis le remonte le capteur et serrant les 3 vis au pif, puis je suis les instructions en sens inverse.

IMG_6315.jpg
Il ne reste plus qu’à tourner le bouton sur on pour voir si le 50D fonctionne toujours. Miracle, ça marche ! Un vrai pro ! Enfin presque. Après quelques essais sur une mire, je m’aperçois que la position du capteur n’est pas bonne, ce qui est un peu normal vu que je l’ai remis totalement au pif. Mais c’est pas si mal. Je décide quand même, comme si ça ne suffisait pas, de re-démonter le tout pour ajuster un peu la position du capteur en agissant sur les vis, sans savoir si je dois faire 1/8 de tour sur celle du bas ou 1 tour complet… Après un ajustement un peu hasardeux, incroyable, mon capteur se retrouve presque parfaitement positionné. J’arrive même à recaler l’autofocus à l’aide du micro-réglage du boitier, même si en astrophoto l’autofocus ne sert à rien. C’est juste pour le fun.

J’ai voulu tester tout ça sur la spectaculaire nébuleuse d’Orion, mais le ciel cet hiver a été vraiment mauvais tout le temps. Résultat, je n’ai pu assembler que 2 petites séries d’images prises en début de nuit. A chaque fois, ça s’annonçait très bien, et puis une fois tout le matériel installé, une brume arrivait pour foutre en l’air toute la préparation !

IMG_6335.jpg
Voici donc une image, il y a environ 20 poses de 30s et 45 poses de 60s assemblées. Il n’y a pas photo, le boitier a capté plus de lumière dans le rouge. Ça c’est la bonne nouvelle. La mauvaise, c’est que la pollution lumineuse est bien mieux captée également, et rend le fond de ciel bien rouge, et en plus avec un gradient donc pas partout pareil ! Sur cette photo, j’ai assez bien réussi à effacer tout ça avec des masques de fusion appliqués en dégradé sous Photoshop, mais comme vous le verrez plus tard, ça m’a causé plus de soucis sur d’autres objets celestes…

fichier_empile_totale_camraw2_copie.jpg

samedi 7 juillet 2018

Oh la vache !

En général, en photo animalière, le photographe est là, tapis dans son affût, et l’oiseau ne vient pas. Mais parfois, l’affût est là, les oiseaux aussi, mais c’est le photographe qui ne vient pas. Et autant vous dire que c’est très con comme situation ! Mais c’est ce qu’il s’est produit avec le couple de pics mar. Entre les soirs ou j’ai fini le boulot trop tard, et les multiples soirs d’orage où le sous-bois était beaucoup trop sombre, j’ai loupé toute la repro des oiseaux. Le premier samedi où j’ai enfin pu me rendre dans mon affût, il ne restait déjà plus qu’un seul jeune dans la loge. Le temps de louper quelques photos de nourrissage, et le lendemain matin, il était déjà parti.

_D2_2748camraw.jpg
_D2_2673camraw.jpg
J’avais, à un autre endroit, repéré un nid de rougegorges et un nid de tariers pâtre. Normalement, tout se présentait bien, j’aurais dû faire de jolies photos. Le couple de tariers était installé dans une petite prairie tranquille, les oiseaux utilisaient un vieux chardon pour se percher avant et après avoir plongé dans le nid caché dans les herbes pour ravitailler leurs petits. Ce perchoir était à moins de 15 mètres d’une haie parfaire pour installer un affût, et derrière le perchoir il y avait des petites fleurs jaunes qui créaient un joli fond. De plus, le matin, la scène était bien éclairée, et le soir, il y avait un contre-jour impeccable.

Mais voilà, le paysan a eu la bonne idée de mettre ses vaches dans le pré 1 où 2 jours après mes repérages. Résultat, à en juger la végétation du sol couchée dans le bois, les vaches sont allées faire la sieste tout autour du nid des rougegorges qui a été abandonné pendant la couvaison. Résultat, 8 œufs tout froids, à peine de quoi faire une petite omelette…

IMG_6421camraw.jpg
IMG_6423camraw.jpg
Les vaches ont aussi eu la bonne idée d’installer leur quartier général à 10 mètres du nid des tariers. Du coup, elles y passaient le plus clair de leur temps. Y en a même une qui a failli coucher le perchoir des oiseaux avec son gros bide en passant tout près du nid. Du coup, catastrophe. Les tariers se sont mis à alarmer toute la journée sans ravitailler leurs jeunes, mais curieusement, ils n’ont pas abandonné le nid et profitaient des moments d’absence des vaches pour amener à manger aux poussins. Et bien entendu, quand les vaches étaient un peu plus loin, si je m’approchais de la haie pour m’installer en affût, elles venaient toutes s’agglutiner autour de moi et donc autour du nid…

_D2_1936.jpg

Un matin, après bien 2 heures d’attente, le troupeau se décide à aller un moment à l’ombre, dans le bois où le Rougegorge était parti depuis longtemps. Je tente de m’installer en affût dans la haie comme je peux, mais je perturbe quand même les oiseaux, d’autant plus qu’il y a aussi un couple de Pie-grièches écorcheurs qui s’est installé dans la même haie depuis quelques jours et qui effraye les tariers. Je peux quand même essayer de photographier les oiseaux à l’atterrissage, ce qui était mon idée de départ, mais bon ça foire pas mal. J’ai fait la mise au point sur le perchoir, car il me semblait qu’ils y arrivaient les ailes ouvertes, mais en fait non, la meilleure posture se présente un peu avant que les oiseaux ne se posent, donc quand ils sont encore derrière la zone de netteté. De plus, comme la matinée est un peu trop avancée, la lumière est dure et il y a beaucoup de turbulences dans l’air, ce qui n’améliore guère la netteté des images !

_D2_1973camraw.jpg
_D2_1974camraw.jpg
_D2_1977camraw.jpg
_D2_2006camraw.jpg
_D2_2007camraw.jpg
_D2_2008camraw_1.jpg
_D2_2055camraw.jpg
_D2_2095.jpg
Dommage pour la dernière…

_D2_2095camraw.jpg

Après cette première tentative, pas le temps de modifier les réglages car les vaches reviennent déjà…

Nouvelle tentative en fin d’après-midi, les vaches ne sont pas là, le soleil non plus, c’est tant pis pour les photos en vol qui nécessite trop de lumière, et pour les contre-jours avec les ailes déployées éclairées par transparence par le soleil… Donc juste une petite photo de la femelle avant qu’elle ne plonge dans le nid.

_D2_2303camraw.jpg
Et puis la pluie arrive. Les vaches sont à l’abri dans le bois, et c’est là que je me dis que c’est l’occasion d’essayer de faire des photos sous la pluie. Je décide d’utiliser ma télécommande, qui en théorie à une portée de 60 mètres, pour déclencher les photos. Comme ça, étant loin des oiseaux, je ne les dérange plus, et la simple présence du matériel sur pied dans le pré, bien protégé par une housse imperméable hi-tech (= un sac poubelle tenu par 2 élastiques) ne les gêne absolument pas. Je me cache à environ 40 mètres, ça marche, les oiseaux ravitaillent à fond, il pleut bien et moi je déclenche des photos à bloc avec la télécommande. Je récupère le matos, je regarde les photos, et là, je vous le donne dans le mille : pas la moindre trace de photo ! Et oui, encore une arnaque, cette télécommande (Phottix Aion, que j’ai quand même payé 100 euro et qui me sert à la base pour programmer mes astrophotos) a en fait, après vérification, une portée fiable de 7 ou 8 mètres. Au-delà de 10 mètres, elle est larguée. Elle déconne aussi régulièrement en astrophoto même quand je la laisse à 1 mètre du récepteur, super le matos !

Le lendemain, il repleut, les vaches sont à nouveau à l’abri dans le bois, je retente ma chance, cette fois en me planquant juste derrière la haie avec ma télécommande, et en ayant juste un petit trou dans les branchages pour voir le perchoir. Ça fonctionne enfin, bon, ça fait des photos sympas avec les gouttes d’eau, mais ces dernières sont moins présentes sur les photos que ce que j’imaginais. Pourtant il pleut pas mal !

_D2_2513camraw_1.jpg
_D2_2555camraw_1.jpg

Cinq minutes après la dernière photo, le soleil sort en contre-jour, ambiance magnifique, mais pas d’oiseau sur le perchoir bien entendu !

_D2_2629camraw.jpg

Et 20 minutes plus tard, il pleut à bloc, cette fois l’ambiance pluie est bien présente sur les photos, mais toujours pas les oiseaux…

_D2_2637camraw.jpg

Et puis voilà, lors de ma visite suivante, tout était fini. Les oiseaux avaient malheureusement abandonné le nid, plus de nourrissage, aucun jeune nulle part. Les vaches ont surement eu raison de la patience des tariers. Pour les photos de compétition, il faudra revenir l’année prochaine, avant les vaches cette fois. En général, il y a toujours un couple de tariers dans ce secteur, mais pas toujours aussi idéalement placés. Et moi, pour me venger, je me suis enfilé une belle entrecôte bien saignante au diner !

- page 1 de 54